Kamaté, quand on devient névrosé des freehands

Le saviez-vous? Quand on aime la peinture, que l’on teste des nouvelles techniques, qu’on y arrive, on y prend très rapidement goût.

Vous avez forcément déjà rêvé de faire des freehand élaborés, fantasmé sur des bannières « qui claquent ». Moi aussi. Jusqu’à présent, j’y étais toujours allé à tâtons  J’avais peur de gâcher le travail que j’avais déjà réalisé. Cette fois-ci, je me suis fait violence.

Souvenez-vous des recherches que j’avais faites sur la peau de ce buste. J’en étais vraiment satisfait. Jusqu’au moment où je me suis posé une question : « on est dans l’historique, j’aime les bustes, je suis obligé de faire un tatouage facial ». Souvenez-vous du visage avant. Maintenant, regardez la photo.

La moral de cette histoire? Lancez-vous, quitte à recommencer. Pensez à faire des recherches et à bien vous entraîner !

Raphaël – Pigment

4 Comments

  1. c’est vrai que les freehands ça fait peur, moi le premier, mais quand je vois ce qu’on peut faire !!!! chapeau pour la pièce, j’espère que tu la présenteras à des concours !!! Je vais ptet tenter de faire ma prochaine bannière du chaos en free ducoup…va falloir se motiver !!! des conseils peut-être ?

    • Je vais tenter de la finir déjà, et ensuite penser à la présenter à un concours 😀 Je manque encore de temps malheureusement…

      Oui ! Entraîne toi au crayon, surtout si tu n’es pas à l’aise en dessin. Ça te permettra faire plus facilement le geste avec le pinceau. Plus tu répètes, plus t’as de chance de réussir (surtout pour une bannière, c’est du dessin pure !). Ensuite, joue au maximum en trompe l’oeil, avec de forts contrastes, comme tu pourrais le faire avec du NMM. Si tu n’as pas envie de passer par l’étape répétition, lance toi, tu verras bien si tu es à l aise 😉

      Un exemple de freehand que j’ai fait (mon tout premier sur une bannière)
      http://www.lafaf75.com/galerie-commandes/elfes-noirs/
      (la matriarche)

      Autre chose, il est très important de bien te documenter sur ce que tu veux faire. Après, s’il s’agit d’un symbole unique et non d’une création, prends ce symbole et lance toi.

  2. Bonjour, je m’interrogeais sur l’ordre dans lequel le travail a été fait. J’entends par là, de ce qu’on voit, qu’il a fallu commencer par peindre la figurine dans son ensemble, au moins la peau, et de fait peindre le tatouage sur cette peinture. Je suis d’une logique imparable…. :]

    Ce que j’aimerais savoir c’est le travail de retouche qui a été fait après la peinture du tatouage, parce que sur la dernière photo, les teintes ne sont pas exactement les mêmes, et j’aurais aimé savoir le temps que cela prend de refaire un travail de précision sur l’ensemble du visage après un freehand de ce genre.

    Après une grosse pause de déménagement, je compte me remettre à peindre, et j’avoue que ce genre de « détails » pour personnaliser les peintures… ça me tente énormément.

    • Hello,

      J’espère que ton déménagement s’est bien passé ! Il va falloir se remettre au boulot 😉

      Très bonne question ! J’avoue ne pas avoir calculé le temps, mais je dirais approximativement 6h pour faire les tatouages. J’ai commencé par une couche de Codex Grey.
      Le gris est parfait pour une 1ère couche, je m’explique :
      – c’est une couleur neutre : qui dit couleur neutre, dit qu’elle n’altérera pas la couleur suivante, ni sa luminosité
      – c’est une couleur neutre : qui dit couleur neutre, dit que l’on peut corriger les zones sur lesquelles on a dépassés « facilement »

      À chaque coup de pinceaux qui débordent, j’utilise un cure-dents dont j’humidifie la pointe pour la rendre souple (en la mordillant légèrement). Je « frotte » très légèrement la zone sur laquelle j’ai dépassé avec le pointe humidifiée jusqu’à ce que le trait disparaisse. Il faut y aller progressivement, sinon tu risques de retirer la couche inférieure, et là ça devient plus embêtant… (merci aux Massive Voodoo pour la technique du cure-dents)

      Ces 2 techniques associées me permettent de faire un premier jet de mon freehand, que je peux travailler facilement. Sur le buste, j’en suis moyennement satisfait car les traits que j’ai fait sont un poil trop épais…

      La seconde étape consiste à repasser entièrement les traits avec les couleurs choisies. Ici, du bleu foncé (pour contraster avec la chaleur dégagée par la peau). En général, le travail est plus fin. Ça se confirme sur mon buste : on voit encore très légèrement les traits gris en dessous (c’est d’ailleurs ça qui me gène car c’est ça qui altère très légèrement la couleur de la peau, c’est subtile, mais tu l’as remarqué. Je pense que la photo joue aussi).

      Cette étape demande énormément de patiente. Certain traits ont été fait et refait. D’autant plus que le réservoir de mon pinceau était très peu rempli et par conséquent séchait très rapidement…

      En dernière étape, j’ai passé un glacis d’une couleur marron rouge pour adoucir le contraste et fondre le tatouage à l’ambiance générale de la fig.

      Mais tout ça est loin d’être terminé ! Il me reste encore du boulot sur la peau, dont d’autres tatouages. Ceux-ci seront également éclaircis et ombrés…

      Je pense faire un tuto complet de ce que je t’ai dit plus haut.

      Encore merci pour ta question.

      À très vite,
      Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *